The Host, its Microbiome and their Aspergillosis.

Infection

For a very long time, medical science has assumed that infectious diseases are caused by the presence of a pathogen and weakness in the infected person or the host as it is often known, which allows the pathogen to grow and infect. The weakness could be for example a weakened immune system caused by a genetic illness or immune-suppressive treatment such as is used for transplant patients.

We assumed that inside our bodies there was mostly a sterile environment, and one reason we might become ill could be a pathogen getting into one of those sterile areas and then growing uncontrollably. One of those sterile area’s was our lungs – so 30-40 years ago most would have concluded that aspergillosis was caused by an Aspergillus spore getting deep into the lungs of the recipient and then managing to grow.

Microbiome

Around the year 2000 we started to be able to look at our internal spaces in more detail and identify any microbes that might be present, What was found was a surprise, for example, we could find many microbes; bacteria, fungi and virus’ growing in our lungs without causing any harmful symptoms. It is common to find Aspergillus fumigatus (ie the pathogen that we assume causes aspergillosis most of the time) present in the lungs of most of us where it lives without causing aspergillosis. How is that possible and what is the difference between that situation and the allergy & infections caused in the lungs of an aspergillosis patient?

We quickly learned that microbes could establish harmless communities, living in harmony with each other and with our immune system. This community was named the human microbiome and included all microbes who live within and on us. Huge numbers live in our gut, especially in our large intestine which is the last section of our digestive system to receive our food before it is ejected via the rectum.

Our Microbial Friends

It has emerged then that A. fumigatus can be controlled by its microbial neighbours (our microbiome) working in a tightly controlled partnership with our immune system.

The fungal pathogen interacts with the host to calm the host’s response to the pathogen and uses parts of the host’s immune system to do this. In this way the host and pathogen tolerate each other and do little harm, however, it has been demonstrated that if parts of the host’s fungal recognition system are not working then the host will initiate an aggressive inflammatory response. This is not unlike the situation in ABPA where one of the major problems is the host over-responding to the fungus.

We are also given an example of the microbiome controlling the host’s immune response to a fungal pathogen. Resistance to infection can be increased by the microbial population in the gut sensing a signal – presumably in food ingested by the host. This means that environmental factors can influence the rejection of a pathogen by its microbial neighbours – the message we might take from this is to look after our gut microbiome, and it will look after us. This also holds for the microbes in our lungs, where we have seen differences in the types and location of bacteria in the upper and lower airways that seem to be consistent with the microbiome controlling inflammation – the authors speculate that we need to look at what happens when we challenge these lung microbiotas with a highly inflammatory pathogen such as Aspergillus fumigatus.

The microbiome is also self-regulating as long as it is kept healthy. Bacteria can attack fungi, fungi can attack bacteria in an ongoing battle for food. Host pathogens can be eliminated completely from the microbiome by other microbes.

Different microbiomes in a different part of our body can interact and control diseases such as asthma (ie. lung microbiome interacting with gut microbiome) – so what you eat may influence the microbes in your gut microbiome and that can have an impact on your asthma, for example.

 

I must warn you that lots of the observations mentioned above are based on very few experiments so far, and mostly on animal model systems and Candidose rather than Aspergillus so we must be cautious in our interpretation with regard to aspergillosis, however there are a few take-home messages worth bearing in mind.

  1. Most healthy people seem to have very healthy, highly diverse microbiomes – so look after yours with a well-balanced diet containing lots of plant material, lots of fibre
  2. Researchers seem to be turning our assumptions of what infection is on its head – they seem to be saying that inflammation causes infection, rather than infection causes inflammation.
  3. What you eat can have a direct impact on the amount of inflammation your body uses in response to what it perceives as a pathogen.

It can’t be that diseases like asthma and ABPA are caused by an unhealthy microbiome can it?

Current research seems to be suggesting that it may play a part, so the value of someone with aspergillosis doing what they can to promote a healthy community of microbes within themselves cannot be overstated.

What should I eat for a healthy microbiome? (BBC website)

Human Microbiome Project

Microbiome-mediated regulation of anti-fungal immunity

Coronavirus COVID-19 (SARS-CoV-2): Précautions si vous souffrez d'aspergillose (4 avril)

Précautions face au coronavirus

Au cours des dernières semaines, beaucoup d'entre nous au Royaume-Uni ont pris soin de se distancier socialement des autres afin de ralentir la propagation de l'épidémie virale du SRAS-CoV-2 (COVID-19). Les exigences sont les suivantes:

Reste à la maison

  • Sortez uniquement pour des raisons de nourriture, de santé ou de travail (mais uniquement si vous ne pouvez pas travailler à domicile)
  • Si vous sortez, restez à 2 mètres (6 pieds) des autres personnes en tout temps
  • Lavez-vous les mains dès votre retour à la maison

Ne rencontrez pas d'autres personnes, même des amis ou de la famille.

Vous pouvez propager le virus même si vous ne présentez aucun symptôme.

Voir le lien UK Gov pour plus de détails

Ces précautions sont efficaces et appropriées pour presque tout le monde, cependant, certaines personnes sont plus vulnérables en raison de l'âge ou d'un état de santé spécifique et peuvent avoir besoin de prendre des précautions supplémentaires. Certains, mais certainement pas tous les patients atteints d'aspergillose tomberont dans cette catégorie et, dans certains cas, devront être examinés individuellement par votre médecin.

Si vous tombez dans la catégorie extrêmement vulnérable, vous serez informé par une lettre de UKgov, de votre médecin généraliste, de votre médecin de l'hôpital local ou pour certains (ceux avec CPA) du National Aspergillosis Center. C'est ce qu'on appelle la lettre de blindage.

Si vous êtes extrêmement vulnérable

Le gouvernement britannique a sévère l'asthme et sévère La MPOC comme conditions qui mettent les gens à haut risque de l'épidémie de coronavirus COVID-19. Le document complet publié par Public Health England (24 mars) qui contient également des liens vers un grand nombre d'autres documents pertinents peut être consulté ici. L'aspergillose fait référence à une série de maladies et de cas individuels, dont certains peuvent tomber dans la catégorie à haut risque mais certains ne le feront pas. 

Les principaux points (en plus de maintenir un bon lavage des mains, une toux dans les tissus) sont:

  1. Évitez strictement tout contact avec une personne qui présente des symptômes de coronavirus (COVID-19). Ces symptômes incluent une température élevée et / ou une toux nouvelle et continue.
  2. Ne quittez pas votre maison.
  3. N'assistez à aucun rassemblement. Cela comprend les rassemblements d'amis et de familles dans des espaces privés, par exemple les maisons familiales, les mariages et les services religieux.
  4. Ne sortez pas pour le shopping, les loisirs ou les voyages et, lorsque vous organisez des livraisons de nourriture ou de médicaments, ceux-ci doivent être laissés à la porte pour minimiser le contact.
  5. Restez en contact à l'aide de technologies à distance telles que le téléphone, Internet et les réseaux sociaux.

Toutes les personnes à haut risque en seront informées par SMS / e-mail / lettre au cours de la semaine prochaine afin d'être pleinement conscientes de ce qu'elles doivent faire pour se protéger.

Dans nos discussions avec les patients atteints d'aspergillose, quelques points supplémentaires concernant l'isolement social qui ne sont pas entièrement couverts par le document ci-dessus ont été soulevés, nous allons donc essayer d'y répondre ici - si vous avez plus de questions, veuillez vous joindre à notre Groupe Facebook et en discuter là-bas.

Puis-je utiliser mon jardin?

Si vous avez un jardin privé et pouvez maintenir une distance sociale par rapport aux voisins et aux autres personnes vivant dans votre maison, la réponse est oui.

Livraisons: puis-je attraper le virus?

Il y a un document de recherche spécifique qui répond à certaines de ces questions. La survie au COVID-19 sur diverses surfaces a été mesurée dans un ensemble de conditions:

 

Le SRAS-CoV-2 est le virus actuel (épidémie de 2020) qui apparaît sous forme de marqueurs rouges dans chaque graphique. Nous pouvons voir que le temps nécessaire au virus pour perdre la moitié de ses particules infectieuses (c'est-à-dire la demi-vie) est le plus court pour le carton (3 à 4 heures) et le cuivre (1 heure), donc tout virus sur l'emballage en carton devrait durent le moins de temps, alors que la demi-vie était de 6 à 7 heures pour le plastique, soit environ deux fois plus longtemps.

Étant donné qu'une personne infectée par le SRAS-CoV-2 (COVID-19) peut produire plus d'un million de virus dans la gorge, nous pouvons voir qu'une seule toux peut en contenir des centaines de milliers. Si ce nombre atterrissait dans du carton, il prendrait le relais 2 jours pour que le virus «meure», deux fois plus longtemps comme pour le plastique. De toute évidence, il est judicieux de prendre des précautions avec les livraisons en fonction de ce qu'ils sont emballés et de les essuyer avec un désinfectant contenant plus de 60% alcool ou eau de javel, ou ce document de l'EPA américaine est très utile et décrit un large choix de désinfectants.

Est-il facile d'être infecté si quelqu'un tousse?

Le document ci-dessus montre que la demi-vie du virus dans des conditions standard sous forme d'aérosol, c'est-à-dire après une toux ou un éternuement, est similaire au cuivre et peut rester dans l'air pendant au moins une heure, bien que l'on pense que la majorité coule au sol. dans un rayon de 2 mètres en quelques minutes. Il faudra entre 12 et 24 heures pour mourir dans l'air, peut-être plus longtemps dans des conditions non standard (par exemple, une température plus chaude ou une humidité plus élevée), mais peut-être plus quand il atterrit en fonction de la surface sur laquelle il atterrit. C'est pourquoi un lavage minutieux des mains est essentiel pour empêcher la transmission du virus, et un espacement de 2 mètres nous éloigne des aérosols directs en cas de toux.

Dois-je nettoyer mon téléphone?

Les chiffres ci-dessus pour la survie du virus sur du plastique sont utiles lorsque vous réalisez que nous portons tous un écran en plastique, le tenons dans nos mains, le posons contre nos visages. Si des virus atterrissent sur nos téléphones, ils peuvent rester viables pendant plus de 4 jours. Pour cette raison, nous devons nettoyer nos téléphones régulièrement, au moins quotidiennement. Utilisez des lingettes à base d'alcool - cet article donne plus de détails.

Désinfection des surfaces: que dois-je utiliser?

Des désinfectants confus différents doivent être utilisés de différentes manières, et différentes surfaces peuvent nécessiter des désinfectants différents. Les meilleurs désinfectants pour vos mains et votre peau sont de préférence du savon et de l'eau courante, car le savon décolle et désactive le virus et l'eau le lave et dilue le virus dans votre peau très efficacement - de l'eau chaude avec du savon par dessus tout. Si vous ne pouvez pas accéder à l'eau courante, désinfectez les mains contenant au moins 60% d'alcool (PAS seulement du savon et des surfactants) sont efficaces jusqu'à ce que vous puissiez vous laver les mains correctement.

REMARQUE: la plupart des lingettes humides / lingettes pour bébés sont conçues pour nettoyer et NE PAS tuer le coronavirus.

Pour d'autres surfaces, il existe une gamme de désinfectants utiles, mais certains ne sont pas bons pour désinfecter les surfaces couvertes de virus et beaucoup doivent être laissés en surface plus longtemps que vous ne le pensez! Heureusement ce document de la US Environmental Protection Agency est très informatif.

Nettoyage et désinfection dans une maison avec SARS-CoV-2 confirmé ou suspecté

Nettoyage d'une zone qui a été exposée au SARS-CoV-2 par exemple, après qu'une personne dans une maison a été diagnostiquée positive au Coronavirus et est partie

Surveillance COVID-19

Aidez les chercheurs à surveiller la propagation du coronavirus à l'aide de cette application simple.

Des mythes à ignorer

Autorité mondiale de la santé sur les mythes

Mythes de la science en direct

BBC partie 1

  • Ail
  • Bois de l'eau
  • Crème glacée
  • Argent buvable (argent colloïdal)

et partie 2

  • Retenir son souffle
  • Désinfectant pour les mains fait maison
  • Le virus peut survivre sur les surfaces pendant un mois
  • Urine de vache

Je n'ai pas reçu de lettre de protection, que dois-je faire?

Des lettres sont toujours envoyées, vous pouvez en recevoir une et jusque-là, le conseil général est de vous distancier socialement de tout le monde (voir ci-dessus) plutôt que de vous protéger. Pour les personnes asthmatiques qui n'ont pas reçu de lettre Asthma UK a publié quelques lignes directrices suggérant de nouvelles mesures

Pour les personnes avec maladie pulmonaire chronique, le La British Lung Foundation a publié quelques lignes directrices utiles.

Comment puis-je… faire face à la perte de cheveux?

Certains médicaments prescrits pour l'aspergillose peuvent entraîner une perte de cheveux. La perte de vos cheveux peut être très difficile et peut affecter votre estime de soi; malheureusement, il y a une stigmatisation sociale liée à la perte de cheveux et cela peut affecter la confiance de nombreuses personnes, mais il existe des moyens de faire face.

Rejoignez un groupe de soutien:

Rejoindre un groupe de soutien est un excellent moyen de rencontrer d'autres personnes qui vivent les mêmes expériences que vous et de partager des conseils et des compétences d'adaptation les uns avec les autres.

  • Groupes de soutien locaux: Alopecia UK a plusieurs groupes de soutien locaux basés au Royaume-Uni. Cliquez ici pour trouver votre réunion la plus proche.
  • Groupes de soutien en ligne: Si vous ne pouvez pas assister à une réunion locale, ou si vous préférez simplement trouver du support en ligne, il existe des groupes de support Facebook pour le Royaume-Uni et la communauté mondiale: Groupe Facebook Alopecia UK et Communauté mondiale de l'alopécie. Ici, vous pouvez poser des questions et partager vos expériences avec d'autres personnes souffrant de perte de cheveux. Vous pouvez également utiliser les groupes de soutien sur l'aspergillose sur Facebook pour parler à d'autres personnes également confrontées à l'aspergillose et aux problèmes associés: Soutien à l'aspergillose (privé) et Prise en charge de l'aspergillose

Parler de ça:

La perte de cheveux peut affecter considérablement votre confiance et votre estime de soi. En parler avec votre famille et vos amis peut les aider à comprendre de quel soutien vous avez besoin d'eux et à comprendre qu'ils ne vous voient pas différemment.

Si vous avez vraiment du mal, vous voudrez peut-être demander l'aide de votre médecin. Le manque de contrôle sur ce changement soudain de votre apparence (ainsi que sur le fait de faire face à une maladie chronique) peut rendre les gens très vulnérables aux maladies mentales. Il est important d'essayer de reconnaître cela et d'y remédier le plus tôt possible - pour plus d'informations sur la reconnaissance et la prévention de la dépression, cliquez ici.

Couvrir:

Il existe plusieurs façons de couvrir la perte de cheveux, des petites plaques chauves aux cas plus graves. Des informations plus détaillées sur les conseils énumérés ci-dessous peut être trouvé ici.

  • Coupes de cheveux et coiffures: les petites plaques chauves peuvent souvent être cachées avec la bonne coiffure. Un coiffeur expérimenté sera en mesure de vous aider à choisir la meilleure coupe de cheveux pour couvrir les patchs. Si vous avez peur d'aller dans un salon, trouvez un coiffeur qui fait des visites à domicile. Il existe également de nombreuses vidéos sur YouTube qui vous montrent des trucs et astuces pour coiffer vos cheveux sur des patchs
  • Perruques: Avec une perte de cheveux plus sévère, vous voudrez peut-être essayer une perruque. Il existe de nombreux types différents, donc Alopecia UK a mis en place un guide détaillé pour choisir une perruque.
  • Couvre-têtes: Foulards, chapeaux, tatouages de tête et produits de camouflage sont tous des moyens bons et assez bon marché pour couvrir la perte de cheveux. Celles-ci peuvent être très individuelles et vous permettre d'être flexible avec votre apparence.
  • Maquillage: La perte de poils de sourcils et de cils peut changer votre apparence plus que vous ne le pensez, ce qui peut être bouleversant. Conseils de maquillage, comme porter de faux cils ou dessiner des sourcils avec un crayon peut aider à masquer la perte de cheveux du visage. Il existe également des options plus permanentes, comme les tatouages de sourcils, cela peut vous aider à obtenir un look plus naturel.

Quelle que soit la façon dont vous choisissez de faire face à la perte de cheveux, il existe de nombreux supports, astuces et conseils pour vous!

Comment puis-je… décrire les symptômes à mon médecin?

Ce sujet est souvent passé sous silence, après tout, comment peut-il être difficile de décrire ce que vous ressentez? La réponse est que c'est trop souvent assez difficile!

La conversation initiale entre vous et votre médecin est généralement l'une des quelques minutes les plus vitales que vous passerez avec votre médecin, car votre diagnostic et votre traitement ultérieurs sont fortement guidés par les informations que vous communiquez. Pour beaucoup d'entre nous, cela peut sembler un processus simple tant que le symptôme est simple à décrire et se trouve à un endroit évident - par exemple, si vous avez une douleur vive au genou, il est facile à identifier. Cependant, que se passe-t-il si vous ressentez une sensation d'inconfort plutôt moins bien définie dans votre poitrine? Vous ne pouvez pas le décrire comme une douleur et vous ne pouvez pas pointer l'emplacement avec une précision autre que «c'est sur le côté gauche».

Il peut également y avoir des informations supplémentaires que vous pouvez collecter avant la conversation (par exemple, pour les symptômes qui vont et viennent, il peut être utile de tenir un journal). Il existe également des applications à utiliser sur un smartphone qui peuvent vous aider à enregistrer les symptômes et d'autres facteurs importants pour la gestion de votre santé.

Votre médecin est habile à guider vos pensées pour parvenir à une conclusion rapide, mais il vaut la peine de réfléchir à votre première conversation, afin de vous assurer que vous donnez des informations exactes que vous êtes heureux de décrire ce qui se passe. Il existe plusieurs trucs et astuces qui peuvent vous aider à ce document dans WikiHow. Certains des conseils sont reproduits ci-dessous:.

Apprenez les bases de la description des symptômes. Vous devez utiliser quatre éléments de base pour décrire les symptômes. Les apprendre vous aidera à comprendre vos symptômes et à mieux les transmettre à votre médecin.[1]

  • Dites à votre médecin comment vous ressentez vos symptômes. Par exemple, si vous éprouvez des maux de tête, utilisez des mots descriptifs comme tranchant, terne, poignardant ou palpitant. Vous pouvez utiliser ces types de termes pour décrire de nombreux symptômes physiques.
  • Expliquez à votre médecin ou montrez-lui l'emplacement exact où vous ressentez vos symptômes. Vous voulez être aussi précis que possible, alors dites "l'avant de ma rotule est enflé et a une douleur lancinante" au lieu de quelque chose de général comme "j'ai mal à la jambe."[3] Vous devez également noter si les symptômes s'étendent à un autre endroit.
  • Mentionnez depuis combien de temps vous avez vos symptômes. Plus la date est précise, plus il sera facile pour votre médecin de déterminer la cause de vos symptômes.[4]
  • Notez la fréquence à laquelle vous présentez ou remarquez des symptômes. Ces informations peuvent également aider votre médecin à déterminer la cause de vos symptômes. Par exemple, vous pouvez dire «Je ressens des symptômes tous les jours, surtout après avoir fait de l'exercice» ou «Je ne remarque mes symptômes qu'occasionnellement, par exemple tous les quelques jours.»

2. Déterminez et notez vos symptômes. Il est important de reconnaître vos symptômes spécifiques et de les noter avant de consulter votre médecin. Non seulement cela vous aidera à mieux décrire vos symptômes, mais vous garantira également que vous n'oublierez pas d'inclure les symptômes et comment ils vous affectent.[5]

  • Assurez-vous d'apporter votre liste de symptômes, y compris les informations de base sur eux, à votre rendez-vous avec vous.
  • Notez si les symptômes sont liés à des activités spécifiques, des blessures, des moments de la journée, de la nourriture ou des boissons, et tout autre élément qui les exacerbe. Notez également s'ils affectent votre vie de quelque manière que ce soit.[6]

3.  Apportez un profil de patient actuel et cumulatif au rendez-vous. Un profil complet de vous-même en tant que patient comprend des informations sur les conditions, les hospitalisations ou les chirurgies que vous avez subies, les médicaments que vous avez pris ou prenez actuellement et toute allergie aux médicaments ou aux aliments. Cela vous aidera à ne pas oublier d'informations vitales et aidera également votre médecin à comprendre vos antécédents médicaux.[7]

  • Vous n'aurez peut-être pas besoin de vous y référer, mais si des questions sur vos antécédents médicaux se posent, la disponibilité de votre profil de patient maximisera le temps que vous pourrez passer à discuter de vos problèmes médicaux actuels.[8]
  • Apportez vos flacons de médicaments actuels, qui indiquent le nom et les informations sur la dose. Assurez-vous d'inclure également tous les suppléments à base de plantes que vous prenez.[9]
  • Vous pouvez créer un profil de patient en résumer vos antécédents médicaux sur une feuille de papier.

4. Faites une liste de questions que vous avez pour votre médecin. Écrivez une liste de questions liées à vos préoccupations les plus pressantes concernant vos symptômes avant d'aller chez votre médecin. Cela peut également aider à maximiser votre visite et le temps passé à décrire vos symptômes.[10]

  • Répondez à toute préoccupation ou inquiétude que vous avez dans vos questions.

L'article continue en fournissant une très bonne aide dans la conversation au fur et à mesure qu'elle se développe - cela vaut la peine de le lire la prochaine fois que vous devez voir votre médecin!

1 2 3 7