Aspergillus fumigatus et résistance aux azoles à l'hôpital : surveillance des plates-bandes aux couloirs.

Une équipe de recherche en France a entrepris un dépistage de l'air intérieur, du sol et de la poussière dans et autour des hôpitaux pour rechercher des Aspergillus dans l'environnement du CHU de Besançon.

Les auteurs ont noté que le nombre de résistants aux azoles Aspergillus fumigatus les souches qui étaient isolées chez les patients, en particulier les patients atteints de fibrose kystique, augmentaient. L'étude a été conçue pour tester l'air de l'hôpital afin de découvrir si A. fumigatus résistant aux azoles a été amené à l'hôpital depuis des environnements ruraux par les vents dominants. Ils voulaient également voir si les plantes, les arbres et les parterres de fleurs autour de l'hôpital jouaient un rôle.

Les chercheurs ont trouvé 83 résistants à l'azole A. fumigatus les isolats.

  • 1 de l'air de l'unité de soins intensifs
  • 16 des couloirs principaux
  • 59 de pots de tulipes importés des Pays-Bas
  • 5 du sol des arbres cultivés en pots.

Aucun échantillon de résistant aux azoles A. fumigatus ont été trouvés à partir d'un capteur externe, suggérant que les souches résistantes collectées n'ont pas été transportées à l'hôpital par les vents dominants.

Les tulipes en sont peut-être la principale source, mais les auteurs prennent soin de noter que pour le confirmer, une analyse génétique serait nécessaire pour relier les isolats trouvés dans les parterres de fleurs aux isolats trouvés à l'hôpital ou aux souches isolées chez les patients.

Au CHU de Besançon, la décision a été prise de ne plus planter de bulbes. Les résultats démontrent la nécessité d'une vigilance accrue sur la surveillance des souches résistantes.

Le document complet est disponible sur le Site Web Aspergillus.

Un lit de tulipes
Des échantillons de sol ont été testés dans une zone de détente extérieure plantée de tulipes et dans des parterres de fleurs dans d'autres parties de l'hôpital.

Laissez un commentaire